Volte face

Ushuaia (24.02.17) – Puerto Montt (03.03.17)

Ushuaia n’est pas la fin du monde, mais elle est pour nous la ville la plus australe de notre voyage et il est maintenant grand temps de reprendre la direction du Nord! Nous aurions pu remonter à vélo par l’Argentine, soit par la route 40 ou la côte, mais nous sommes d’avis que notre temps peut être mieux investi ailleurs, ayant déjà grandement profité de la région.

Avant de partir déjà, nous avions prévu de relier Puerto Natales à Puerto Montt en ferry, jolie façon de découvrir une autre facette de la Patagonie. Ne reste donc plus qu’à organiser le trajet Ushuaia – Puerto Natales. En conversant avec d’autres cyclistes, nous nous rendons compte que nombres d’entre eux ont eu recours à l’aide d’un pick-up, lorsque le vent était trop fort ou simplement pour rebrousser chemin comme nous. La variante auto-stop nous paraît donc la plus simple, les chauffeurs de bus n’étant pas toujours très ouverts au moment d’embarquer nos montures.

Nous devons embarquer sur le ferry de la Navimag lundi soir; nous sommes vendredi matin…

A la sortie d’Ushuaia, une pancarte à la main, Rio Grande inscrit dessus, nous sommes prêts à tenter l’expérience et commençons à attendre… Naïvement nous pensions pouvoir nous relayer, l’un le pouce en l’air, l’autre lisant au bord de la route, mais très vite nous nous rendons compte que faire de l’auto-stop est une activité à 100%. Il faut être souriant, prêts à partir (au cas où!), donc impossible de sortir le picnic ou le réchaud pour se préparer un thé… Au bout d’une heure et demie d’attente nous perdons gentiment espoir et réfléchissons à faire demi-tour pour attraper un bus quand deux jeunes s’arrêtent. Ils vont randonner pour le week-end dans la région de Tollhuin, ville à 100 km au nord d’Ushuaia! C’est parti!

10 km avant la ville, ils nous déposent et nous nous préparons à attendre à nouveau! Nous sortons cette fois le Thermos, pensant devoir patienter un peu mais une voiture s’arrête déjà ;-). Ils ne vont qu’à Tollhuin mais nous déposent à la station service où nous pourrons chercher activement une voiture disponible. Sans succès! Les pick-up restent dans les parages et les camions n’ont souvent que deux places assises ou leur cargaison est fermée à clef, impossible donc de charger nos vélos… Nous sortons un peu de la ville, pensant être mieux situés et attendons encore une heure… Sur le point de faire demi-tour et trouver un endroit où dormir, une voiture s’arrête enfin! Ce sont deux sympathiques gaillards qui rentrent du travail et veulent bien nous emmener jusqu’à Rio Grande, prochaine grande ville argentine de la côte Est. Ils nous déposent devant la gare routière et nous nous empressons d’obtenir les horaires de bus pour Puerto Natales. Le prochain part lundi matin et arrive en soirée. Trop tard! Nous n’avons donc pas d’autre possibilité que relever le pouce… Fatigués et pleins d’incertitudes, nous passons une soirée en demi-teinte dans une chambre d’hôtel un peu glauque. Heureusement les gens de Rio Grande sont très accueillants et curieux de notre voyage.

Arthur en auto-stoppeur 🙂

Samedi matin, nous nous postons aux aurores à la sortie nord de la ville, Arthur des doutes déjà plein la tête. Et en effet, nous n’obtenons pas gain de cause. Au bout d’une heure et demie nous nous déplaçons jusqu’au barrage de la police. Là, les voitures doivent ralentir et nous aurons peut-être plus de chance. Encore de faux espoirs! Les policiers très sympas nous renseignent sur d’autres bus qui pourraient nous être utiles (Punta Arenas ou Rio Gallegos) mais il faudrait nous rendre à la gare, ceux-ci ne prenant généralement personne en cours de route. Trop tard pour aujourd’hui! Nous avons le moral dans les chaussettes. Vers 10:30 le bus à destination de Punta Arenas passe le barrage de police sans s’arrêter. C’est rageant! Quelques minutes plus tard, nous faisons signe sans grande conviction au chauffeur du bus pour Rio Gallegos qui prend pitié de nous et s’arrête! Nous sommes soulagés! Dans le bus, nous apprenons qu’il sera même possible de prendre la correspondance pour Rio Turbio, village tout proche de la frontière chilienne. Merveilleux! Tout finit par s’arranger!

Nous quittons la Terre de Feu en bus et empruntons cette fois le ferry de la Punta Delgada pour traverser le détroit de Magellan. Celui-ci aura eu bien de la peine à faire face au vent latéral, devant s’y reprendre à deux fois pour accoster…

Arrivés à 2h du mat’ à Rio Turbio, nous espérons dérouler nos matelas dans la salle d’attente de la gare autoroutière, mais ce n’est pas possible. Je vais donc me renseigner auprès des policiers qui m’indiquent un « abri » parfait pour la nuit: une galerie couverte entre deux magasins non loin du poste, où nous ne devrions pas être dérangés… A cette heure tardive nous ne demandons pas mieux et nous endormons sereinement. Demain, dimanche, après 30 km de vélo, nous serons à Puerto Natales, prêts à embarquer! Pour fêter ça, nous retournons à l’Aldea, notre coup de cœur gastronomique en Patagonie. La soirée se termine très agréablement en compagnie de Diego et Daniela, les gérants venus tout droit de Santiago.

Lieu proposé par la police: une jolie place de camping sauvage urbain. Rock’n’Roll!
Ciao Rio Turbio, Chili nous revoilà!

Conclusion de ces trois derniers jours: nous ne sommes pas du tout faits pour faire du stop! C’est beaucoup plus exigeant que le vélo…

La Navimag relie Puerto Natales à Puerto Montt en quatre jours à travers les nombreux fjords de la côte Ouest. Sur ce ferry il règne une atmosphère de colonie de vacances. Les occupants sont majoritairement des voyageurs au long cours, en vélo, minibus ou transports en commun et comme tous ont le temps, les langues se délient et chacun raconte son voyage, ses expériences, positives ou négatives. Ainsi nous rencontrons Marion et Moritz, Schwytzois, profitant de l’été austral au Chili avant de retrouver des températures plus clémentes au Canada, où ils vont travailler. Manu, Marie et leurs deux fils Martin et Emile, Français, parcourant l’Amérique du Sud en vélo pendant six mois. Deux autres familles françaises, l’une en transport en commun autour du monde, l’autre en camping-car et beaucoup d’autre encore. La météo n’aura pas été fameuse mais nous aurons quand même bien pu apprécier les paysages et côtes déchiquetées de cette « croisière ». Arrivés à Puerto Montt, la boucle est bouclée et il est grand temps de reprendre la route pour de nouveaux horizons!

Sarah | 1er avril 2017 | Pichilemu | Kilómetro 8040

Puerto Natales: embarquement la veille du départ sur le ferry de la Navimag
Passage étroit de l’Angostura White
Petit maté sur le pont supérieur
Un bateau de pêcheur sur ces eaux sombres
Petites sœurs des Torres se dévoilant au loin
Puerto Eden, village chilien, accessible uniquement par la mer
Le ferry ouvre ses portes: quatre fois par semaine, la Navimag et la Naviera Austral livrent toutes les marchandises nécessaires au bon fonctionnement du village (denrées alimentaires, gaz,…)
Villageois de Puerto Eden travaillant au débarquement du ravitaillement
Épave du Leonidas. Le capitaine de ce bateau datant de la 2ème guerre mondiale a tout planifié. Après avoir livré le sucre réservé pour Santiago à Montevideo, il tente de faire sombrer son bateau sur cet îlot submergé bien connu des marins depuis un précédent naufrage. L’idée? Toucher l’assurance! Arrivé trop vite sur l’affleurement, le bateau ne sombrera pas mais restera embroché sur le rocher. Depuis les années 70, il héberge de nombreuses espèces d’oiseaux.
Un beau marin…
Le dernier soir, le soleil daigne montrer son nez…
… pour notre plus grand plaisir!
Puerto Montt: fin de la remontée 😉

2 commentaires sur “Volte face

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour à tous deux! L’aventure continue et c’est chouette de vous lire. Merci pour ces magnifiques photos. Vive les prochains kilomètres ! Je vous embrasse bien fort. Barbara

    J'aime

  2. En allemand 🙂 Wieder eine weitere interessante Geschichte von eurem grossen Abenteuer! Weiterhin viel Glück und tolle Erlebnisse. Seid umarmt aus der Deutsch-Schweiz
    Maya

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :