Précédents voyages

Arthur connaît depuis longtemps le plaisir des vacances à vélos. Adolescent, il collectionnait  déjà les cols et découvrait par la même occasion les coins les plus reculés des Alpes et Préalpes Suisse, le tout en compagnie d’un grand frère toujours partant pour ce genre d’aventures! C’est donc tout naturellement qu’il entreprit en 2008 son premier voyage en deux roues, reliant Fribourg à la Grèce en passant par l’Italie, la Slovénie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro et l’Albanie. Malgré quelques frayeurs d’ordre canine le voyage se déroula comme une agréable descente de 600 mètres jusqu’à la mer, comme le dirait Arthur lui-même.

En 2011 j’acceptai de tenter l’expérience. Destination: la Norvège, ses fjords, ses saumons et ses cols interminables (point de vue d’une cycliste novice! )… De Bergen à Kristiansund, via Voss, Vik, Geiranger, Trollstigen, Alesund et l’Atlantic Road, nous découvrîmes la Norvège dans toute sa splendeur en dépit d’une météo dégueulasse où la pluie ne nous laissa que peu de répit. La neige nous surprit même au col de Sognefjellet, dernière étape de vélo en redescendant de Trondheim. Peu entraînée, j’avoue avoir passablement souffert les premiers jours! Pourtant c’est avec un enthousiasme grandissant, que je découvris une nouvelle manière de voyager. Plus rapide que la marche, permettant ainsi de parcourir des distances relativement grandes en peu de temps et suffisamment lente pour s’imprégner des paysages, des odeurs et des lumières particulières de ces contrées du Nord.

Peu à peu l’idée d’un grand voyage émergea et s’installa définitivement dans nos esprits. Un jour nous parcourrons le monde, si possible à la force des mollets!

En 2015 la décision était prise. Notre année sabbatique aura lieu entre 2016 et 2017 et sonnera la fin d’une étape: notre vie zurichoise.

Cette année-là nous partîmes trois semaines en Ecosse accompagnés de nos fidèles montures. Cette escapade balaya les dernières incertitudes quant au moyen de transport à choisir pour notre tour du monde. Les « single track roads » vallonnées des différentes îles écossaises (Mull, Skye, Harris et autres Hébrides extérieures), la force du vent et le déchaînement de la mer sur l’île de Lewis ou au nord d’Ullapool en direction de Durness, l’impression agréable d’avoir le pays à portée de pédales donnèrent à ces vacances le goût irrésistible du bonheur et de la liberté. C’est avec le même esprit que nous rêvons de découvrir le monde!

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :