Lac Titicaca, entre traditions et jovialité

La Paz (28.07.17) – Cusco (07.08.17)

Cela faisait longtemps que les kilomètres n’avaient pas défilé à telle allure! Asphalte, pente douce et vent arrière sont les ingrédients d’un départ tambour battant réussi. Après dix jours de sédentarisme dans la fourmilière pacénienne, nos montures nous mènent tout droit au lac Titicaca! Presque sans effort, car nous profitons du teleferico austro-suisse pour sortir du trou! Histoire de ménager nos petits poumons du grand méchant smog…

« Passez par la rive nord-est, ça vaut vraiment le coup! » Ce conseil, nous l’avons entendu à bien quelques reprises. Après un bref coup d’œil sur la carte géographique, la variante noreste passe en effet par les coulisses du lac: pas de gros axes routiers, pas de hauts lieux touristiques comme Copacabana, l’Isla del Sol ou encore Puno… Non, ici les stars sont anonymes. Les paysans travaillent leurs terres à la main, parfois à l’aide de la force animal. Les murs en pierres sèches, magnifiques, fragmentent le paysage en parcelles étonnamment ordonnées. Les troupeaux sont hétéroclites, allant des vaches aux moutons en passant par les porcs et autres lamas. Les femmes, habits traditionnels, double tresses et chapeau melon, portent des amas de paille ou déplacent leur bétail au bout de cordes en chanvre. Une fois les thermiques tombés, dans le courant de la matinée, les pêcheurs prennent le large à bord de barques colorées en bois, au ronronnement de leur moteur deux temps…

Au fil des tours de roues, nous intégrons imperceptiblement ce décor agraire et traditionnel. A seulement une journée de vélo de La Paz, l’ambiance est tout autre. Elle se démarque radicalement des autres zones rurales de l’Altiplano. Jusqu’à présent, les Boliviens semblaient attendre passivement un changement. Dans la plupart des régions que nous avons traversées, le climat était plutôt morose, les gens peu souriant, rarement entreprenant et parfois fatigués de vivre. Mais heureusement il y avait des exceptions! Evo Morales, le président en poste depuis 2006, a amené au début de son mandat un nouveau souffle. Mais depuis quelques années, Evo s’essouffle et une bonne partie de la population souhaite son départ. Peut-être est-ce depuis qu’il a organisé et participé à un match de football à plus de 6000m sur les pentes du Sajama pour protester contre la décision de ce cher Blatter d’interdire les matchs internationaux à plus de 2500m, faisant de la Bolivie la principale victime! Mais ici, au bord du Titicaca, la population s’est prise en main, va de l’avant et l’ambiance s’en ressent fortement. Pas un village ne défile sans que sa population nous salue d’un geste de la main enjoué, nous lance un mot d’encouragement… Hommes et femmes discutent et rigolent au bord de la route. Pourquoi tant de différences? Nos hypothèses vont bon train: climat plus tempéré grâce au lac, influence de la joie de vivre péruvienne, terre plus fertile, état d’esprit local…?

Tilali sonne la fin de nos aventures boliviennes. Au nouveau poste d’immigration, nous recevons un visa péruvien pour six mois! Ah ah on n’est pas prêt de rentrer! Nous continuons la pédale légère le long du lac, dont la surface fait quand même 14 fois celle du Léman! Les Péruviens nous semblent dès les premiers instants plus jovials et ouverts. Ici un motard nous dépasse avec des haut-parleurs sur le guidon crachant de la musique locale, là une piétonne nous arrête littéralement pour tailler une bavette au bord de la route… Nous continuons tout guillerets notre bonhomme de chemin en direction de la péninsule de Capachica, avant de prendre une lancha (barque) pour traverser le golfe de Puno, avec arrêts aux îles Amantani, l’authentique, et Taquile, la trop touristique. 

De là, nous entamons l’ultime tronçon de cet Altiplano qui nous aura, au fil des semaines, à la fois émerveillés, étonnés, usés, frigorifiés et enchantés! L’Abra la Raya (4338m) scelle donc un chapitre, mais pas le livre entier! Nous laissons la gravité faire son œuvre et filons en roue libre vers Cusco!

Arthur | 31 août 2017 | Huancavelica | Kilómetro 13’730

Au centre de La Paz, Sarah slalome entre les piétons, en route pour le téléphérique!
Et c’est parti pour un tour en vélophérique!
Scène de vie bolivienne sur la rive nord du Titicaca.
Les berges fertiles sont propices aux cultures.
Souvent, la mécanisation fait encore défaut.
Travail de longue haleine que tous ces murs de pierres sèches.
La Bolivie n’a plus d’accès à la mer depuis la Guerre du Pacifique (1879-1884), mais pour nous le lac Titicaca offre une belle ambiance méditerranéenne, et donc de vacances!
A l’instar des vaches sacrées en Inde, ici les moutons sont les rois de la route!
Le Pérou nous accueille avec ce panorama, de bon augure pour la suite!
Lamas, moutons et agneaux cohabitent paisiblement…
Bucolique, non? Idéal pour s’adonner à la bicyclette!
A Moho, nous testons notre première chambre d’hôtel péruvienne, pas terrible, mais pour 15 soles (4.50 CHF) la chambre double on ne va pas pinailler.
Les bâtiments oranges et bruns, sponsorisés par un organe quelconque (État, ONG?) sont visibles dans bien des villages péruviens (le design peut varier). Ils abritent douche, toilettes et lavabo ainsi qu’un évier à l’extérieur.
Marché de Huancané. Les enfants sur la droite jouent… aux échecs par 13 degrés à l’ombre!
Marché de Huancané. Après avoir pu tester mon appareil photo, cette petite fille pose pour nous, mi-fière, mi-gênée.
Peu après Llapas, on plante les sardines sur le terrain de foot. Si vous agrandissez la photo, vous verrez les 6000 boliviens dominer le lac (à droite, au dessus de mon vélo)!
Station de lavage 100% naturelle…
Scène typique du Titicaca, comme on en voit plusieurs par jour.
On a connu des réveils moins motivants…
Péninsule de Capachica, sérénité absolue…
Une des nombreuses criques incroyables qu’offre le Titicaca.
C’est parti pour l’île Amantani, avec nos deux vélos et 12 sacoches!
Les habitants de l’île, avec leurs chapeaux traditionnels, rentrent chez eux en une heure de bateau. Nous sommes les seuls touristes à bord, les touristes « normaux » partent de Puno, donc du sud.
Pour se mettre au vert, rien de tel qu’un séjour sur Amantani!
Amantani, magnifiquement aménagée et entretenue par les dix communautés de l’île.
Quand connectivité et traditions se mélangent. Île Amantani.
Même au sommet de l’île les terres sont travaillées. En arrière-plan l’île Taquile.
Danse traditionnelle sur Taquile.
Mode péruvienne et européenne: tresses et collants. Personnellement je préfère les tresses (les collants, c’était un homme)…
Isla Taquile. Journée de pause ensoleillée durant laquelle nous apprécions vestiges et belles pierres précolombiennes.
Une des fameuses îles flottantes de paille, golfe de Puno.
Canal de paille! Au fond, Puno.
Ben, à part les plumes, ils n’ont pas enlevé grand chose… Au marché de Juliaca.
Toujours à Juliaca, triporteurs à pédales et triporteurs à moteur sont les rois de la route! Un petit air d’Asie du Sud-Est…
« C’est une véritable boucherie ». Phrase culte de la Cité de la peur.
20 sacs à 10 kg de cornettes et penne, de quoi voyager 400 jours pour nous deux!
Grande lessive à ciel ouvert!
Dernière côte avant Cusco, on va pouvoir laisser filer!
Mais avant d’aller à Cusco, on fait un petit détour par la montagne des sept couleurs…
… et pour monter jusqu’au début de la marche, on trouve une solution locale. Ah les gens rigolent bien en voyant deux gringos entassés dans un triporteur! Il faudra s’arrêter deux fois en court de route, pour rajouter de l’huile et laisser refroidir le moteur…
Nous serons les premiers au sommet, avant la horde de touristes (environ 500!) venue de Cusco.
Petite pause au belvédère de la valle roja.
L’Ausangate, magnifique monstre de glace (6384m).
Pouce levé, todo bien! Ici, tous les villageois se déplacent en camion, faut pas avoir peur du vide!

Un commentaire sur “Lac Titicaca, entre traditions et jovialité

Ajouter un commentaire

  1. Quels magnifiques photos et récits ! Ça me rappelle mon voyage au Pérou il y a une année… 🙂
    Bonne suite de route, pédalez bien !
    A bientôt en Colombie !
    Audrey

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :